"Le gouvernement chinois s'oppose fermement à toute forme de contact officiel du dalaï lama avec n'importe quel pays", a dit M. Qin, en réaction à des déclarations de la secrétaire d'Etat française aux droits de l'Homme Rama Yade, qui s'était dit prête mardi à recevoir le chef spirituel tibétain. Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a estimé que si le dalaï lama venait en France, M. Sarkozy en personne devrait le rencontrer. M. Sarkozy décidera "le moment venu et en fonction de l'évolution de la situation" de le recevoir ou non, a dit le porte-parole du gouvernement français. Le président français a jugé jeudi à Londrès que la solution au problème du Tibet ne pouvait venir "que d'un dialogue dans le cadre de la souveraineté chinoise, entre le dalaï lama et le gouvernement de Pékin". CPS

JE condamne ces violence contre cette région et ce peuple .

Le dalaï-lama arrive à New Delhi le 26 mars 2008 © AFP Pedro Ugarte Le dalaï lama, accusé par Pékin d'avoir organisé les troubles au Tibet, sera en France du 15 au 20 août pendant les JO pour donner une conférence pastorale, une visite prévue avant la crise actuelle. Le porte-parole chinois, Qin Gang, en a profité pour appeler les pays étrangers à adopter, dans la crise tibétaine, une "attitude objective et impartiale pour comprendre et soutenir les mesures justes et nécessaires prises par la Chine afin de préserver la stabilité sociale et protéger la sécurité des biens et des personnes". "Déjà plus d'une centaine de gouvernements étrangers ont indiqué qu'il s'agissait d'une position correcte", a assuré M. Qin. Les ministres européens des Affaires étrangères, qui se réunissent vendredi et samedi en Slovénie, auront une discussion sur les événements au Tibet, a annoncé la présidence slovène de l'Union européenne. Dans son offensive médiatique, la Chine organise un voyage de presse de trois jours pour une dizaine de journalistes étrangers qui pourront effectuer "des visites dans les lieux touchés par les émeutes et pourront aussi interviewer les blessés". "Nous pensons que cela leur permettra de connaître la vérité sur les émeutes de Lhassa", a indiqué mardi M. Qin, à propos de ce voyage encadré par les autorités. L'AFP n'a pas été invitée à y participer. Aucun média français n'est du voyage.

 

La_Dala_Lama_a_sign_la_dclaration_de_solidarit_2

Un homme a respecter avec son peuple tibetain

 

 

Des moines tibétains en exil arrêtés près de l'ambassade de Chine à Katmandou, au Népal.

CPS

C'est sur le parvis des Droits de l'Homme, au Trocadéro, que s'est réunie ce matin la communauté tibétaine venue manifester son opposition au régime chinois et à la répression au Tibet. Face à la Tour Eiffel , d'où est partie à la mi-journée la flamme olympique, des dizaines de drapeaux jaune, rouge et bleu, aux couleurs du Tibet, flottent au vent. Plusieurs centaines de Tibétains de Paris et de province mais aussi de Belgique, de Hollande, ou d'Angleterre, portant T-shirts jaunes « Tibet, we stand by you » ou « gardons les yeux ouverts », se mêlent aux militants solidaires de leur cause, aux très nombreux journalistes français et étrangers, et enfin aux simples touristes. Sur le même sujet «Liberté pour la Corse», «Liberté au Tibet» EDITORIAL L’aveu «Depuis un mois, la répression au Tibet a fait plus de 140 morts, dénonce Thupten Gyatso, qui préside la communauté tibétaine de France. Il n'y a ni commission d'enquête, ni dialogue avec le Dalai-lama. La Chine est une dictature, un tortionnaire. Aujourd'hui, nous sommes là pour réclamer le changement.» Sur la question du boycott, ce Tibétain de France se dit «d'accord pour les JO à Pékin mais favorable à un boycott de la cérémonie d'ouverture si la Chine continue à bafouer les droits de l'homme». Dans la foule, beaucoup de jeunes, comme Laure et Jérémiah, étudiants, venus «parce que c'est le moment ou jamais de faire quelque chose. Il faut montrer que nous, les citoyens, on se sent concernés. C'est le seul moyen de faire pression sur le gouvernement pour qu'il boycotte la cérémonie d'ouverture».

 

file_319814_68303